Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
les chroniques d'Istvan

Birmanie l'autre pays des droits de l'Homme !

29 Mai 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Actualité

La junte militaire au pouvoir en Birmanie a accusé jeudi le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi de pousser les survivants du cyclone à l'émeute, et a subitement annoncé l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution rédigée sous son contrôle.

Près de quatre semaines après le passage du cyclone Nargis qui a fait officiellement plus de 133.600 morts et disparus, la majorité des 2,4 millions de sinistrés n'a, selon l'ONU, encore eu accès à aucune aide internationale.

Dans un virulent éditorial, le quotidien officiel New Light of Myanmar a accusé la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Mme Suu Kyi d'encourager les survivants à la violence.


"La LND essaye d'exploiter la situation politiquement au lieu de coopérer avec la population", a affirmé le journal de la junte.

"La LND essaye d'attiser le mécontentement des victimes et les problèmes, pour que la colère du public dégénère en émeutes", a ajouté le quotidien en fustigeant "l'égoïsme et le manque de scrupules" du parti d'opposition.

Cette nouvelle attaque contre les partisans de Mme Suu Kyi est intervenue deux jours après la prolongation pour un an de l'ordre d'assignation à résidence qui frappe depuis 2003 la figure de l'opposition birmane, déclenchant un tollé dans le monde.


Des volontaires de retour du delta dévasté de l'Irrawaddy (sud-ouest) ont déclaré que la situation y demeurait tragique, de nombreux cadavres d'êtres humains et d'animaux continuant à se décomposer dans les rizières, et les survivants restant livrés à eux-mêmes.

"Le réservoir d'eau de mon village était encore rempli de corps en décomposition et ne pouvait être utilisé", a raconté Myo Thant, tout juste rentré d'une expédition dans le delta pour y distribuer des vivres.

Les villageois "ont reconstruit de petites huttes, ont pris les vêtements des morts et s'abreuvent d'eau de pluie", a-t-il témoigné.

Après avoir refusé toute aide étrangère, le régime a progressivement ouvert le delta de l'Irrawaddy aux humanitaires étrangers à la suite d'une visite en Birmanie, la semaine dernière, du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon.

L'ONU a indiqué que tout son personnel pouvait désormais se rendre dans la zone sinistrée avec 48 heures de préavis. En revanche, la Fédération internationale de la Croix Rouge attendait toujours la permission d'envoyer sur place 30 expatriés qui patientent à Rangoun. "Il y a d'énormes besoins en eau potable. Plus le temps passe et plus le risque de maladies augmente", s'est inquiété John Sparrow, porte-parole de la Croix Rouge à Bangkok.

La junte continue à refuser que l'aide soit acheminée par des navires de guerre étrangers, tels le Mistral français, dont la cargaison destinée aux sinistrés a finalement été confiée au Programme alimentaire mondial (PAM) qui doit l'acheminer à partir de la Thaïlande, a fait savoir Paris.

Quant aux quatre bâtiments de la marine américaine chargés de vivres et positionnés au large de la Birmanie, ils pourraient bientôt quitter la zone, a indiqué un haut responsable de l'US Navy.

"Si nous ne recevons pas le feu vert des autorités birmanes, je ne pense pas que nous resterons là-bas pendant des semaines", a déclaré l'amiral Timothy Keating, à la tête du commandement américain pour la région Pacifique.

(source)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
nous vivons dans un monde "merveilleux"
Répondre