Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
les chroniques d'Istvan

nature wildlife

Les espèces en voie de disparition : Le rhinocéros blanc

12 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife


Nom scientifique : Ceratotherium simum
Taille : 1,5 à 2 m au garrot
Poids :jusqu'à 3000 kg
Alimentation : le rhinocéros blanc est herbivore. Il mange des herbes et des petits arbustes.
Espérance de vie : 40 à 50 ans
Répartition géographique : Nord-Est de la République Démocratique du Congo, Parc National de la Garamba. Afrique du Sud (94% des effectifs). Kenya, Namibie, Zimbabwe.

 
Les rhinocéros comptent parmi les plus vieux mammifères de la planète, sur laquelle leurs ancêtres directs se promenaient déjà il y a 60 millions d'années. Assez proches des chevaux, ce sont, comme eux, des ongulés. On compte en tout 5 espèces différentes de rhinos : les rhinocéros de Java, d'Inde et de Sumatra qui vivent en Asie, et les rhinocéros blanc et noir qui vivent en Afrique. Le rhinocéros blanc est la plus grande des 5 espèces. Il en existe deux "races" : celle du sud (6000 rhinos, en Afrique du Sud, au Botswana) et celle du nord (à peine une trentaine, au Congo).


Les rhinocéros sont toujours entourés de petits oiseaux : les pique-boeufs. Ces oiseaux se nourrissent des tiques (de petits invertébrés qui sucent le sang) qui se sont enfoncées dans la peau des rhinos. Ceux-ci sont donc débarrassés de leurs parasites et très contents de l'aide des pique-boeufs.

Menaces

Avant, c'étaient surtout les colons qui chassaient les rhincéros en Afrique ou en Asie- pour le plaisir. Mais comme leur corne vaut très cher, le braconnage est devenu une grosse affaire d'argent : de nombreux rhinocéros sont tués et leur corne coupée pour servir comme remède, notamment contre la fièvre, dans la médecine traditionnelle asiatique. La corne de rhinocéros est également très recherchée par certains pays arabes, comme le Yémen, où elle est considérée comme un symbole de statut social : elle est alors sculptée comme manche de poignard.

Lire la suite

Les espèces en voie de disparition : le bélouga

9 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife


Nom scientifique : Delphinapterus leucas
Taille  : de 3 à 4,5 m
Poids : de 400 à 1030 kg
Alimentation : Poissons, krill ou autres crustacés, invertébrés (calmars, vers marins ou poulpes). 
Ils ont besoin de manger 12 kg de nourriture par jour
Espérance de vie : 30 ans
Répartition géographique : dans l'océan Arctique surtout près des côtes des Etats-Unis, du Canada, de l'Alaska, du Groenland, de la Norvège et de la Russie.

 
Le bélouga, appelé également baleine blanche est un grand cétacé blanc de l'océan Arctique. Le nom bélouga vient du mot russe "beloye" qui signifie blanc. Le bélouga est capable d'émettre un large éventail de sons passant par les sifflements, les claquements, les tintements et autres couics.  Son principal prédateurs naturel est l'ours blanc et l'orque. Lorsque le bélouga est piégé par les glaces, les ours les assomment d'un coup de patte et les hissent sur la banquise pour les achever.

Menaces

Le bélouga est une espèce vulnérable. Il en reste 60.000 à 80.000. Les plus grandes menaces sont la pollution de la mer par les produits toxiques et la chasse acharnée à des fins commerciales.

Lire la suite

la Fondation Chirac

9 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife

Entouré d'une pléiade de personnalités, l'ancien président de la République Jacques Chirac a lancé lundi sa Fondation pour le développement durable et le dialogue des cultures.


Retiré de la vie politique, mais tout sauf inactif, Jacques Chirac. Démonstration éclatante ce lundi à Paris où, entouré de nombreuses personnalités françaises et étrangères, celui qui a réussi à s'inventer une vie après l'Elysée a lancé la Fondation qui porte son nom, et qui oeuvrera pour le développement durable et le dialogue des cultures. Celui qui avait notamment marqué les esprits en lançant au sommet de la Terre de Johannesburg en 2002 «la maison brûle, et nous regardons ailleurs» en a exposé les grandes lignes lors d'un discours au musée du Quai Branly à Paris, dit des «arts premiers», avant une conférence sur les langues en voie de disparition.

«Ma conviction est que chaque peuple a un message singulier à délivrer au monde. Chaque peuple peut enrichir l'humanité en apportant sa part de beauté de création, de vérité», a assuré Jacques Chirac, qui a notamment appelé l'Onu et l'Unesco à organiser un sommet sur la diversité linguistique. Il «faut envisager une solution à la disparition de ce trésor commun qu'est le patrimoine linguistique de l'humanité. Grâce aux nouvelles technologies, les solutions existent».

  «Bâtir une société mondiale de justice et de paix»

 
«Si chacun se mobilise à l'image de tous mes amis réunis ici», a-t-il ajouté, «peut-être pourrons nous bâtir tous ensemble, dans le respect de l'identité de chacun et de l'ouverture à l'autre, cette société mondiale de justice et de paix qui doit être notre seul horizon». Parmi les autres projets que soutient la Fondation, figurent également le soutien d'un laboratoire de contrôle de qualité des médicaments à Cotonou, ou l'appui à un programme d'accès à l'eau au Sénégal et au Mali avec la Banque africaine de développement.

L'ancien président de la République s'est exprimé devant Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'Onu, les prix Nobel de la Paix Rajendra Pachauri et Rigoberta Menchu, l'ancien président sénégalais Abdou Diouf ou le chanteur Youssou N'Dour, tous membres du comité d'honneur de sa Fondation. Une Fondation qui a reçu une dotation de base d'un million d'euros et peut ainsi recevoir des dons ouvrant droit à des réductions fiscales, en particulier sur l'ISF.

  «Je veux réveiller les consciences»

 
"Je veux aviver et réveiller les consciences", et "mener en toute liberté les combats qui ont toujours été les miens", avait auparavant déclaré Jacques Chirac, 75 ans, vendredi dans une interview au Figaro, la première accordée à la presse écrite depuis qu'il a laissé la place en juin 2007 à Nicolas Sarkozy à l'Elysée. 

Pour Michel Camdessus, l'ancien directeur général du FMI qui a été l'une des chevilles ouvrières de la Fondation, le fait qu'autant de bonnes fées aient répondu à l'appel de l'ex-chef de l'Etat marque d'ailleurs une forme de reconnaissance de son action internationale à l'Elysée. Selon lui, la Fondation Chirac (www.fondationchirac.eu) a vocation à rester une relativement petite structure, animée par «quatre ou cinq personnes» autour d'un directeur général. Sous la houlette d'un président : Jacques Chirac.

(source)

Programmes, actions & initiatives

A travers les projets qu’elle a choisi de soutenir, la Fondation Chirac veut favoriser l’échange des idées, des techniques, des valeurs et contribuer à créer un maillage toujours plus étendu de connaissances et de pratiques qui engendre par lui-même du développement durable.

Face à des problèmes globaux, ces projets ont l’ambition d’apporter des éléments de réponse, solutions adaptables ou réplicables selon la diversité des situations rencontrées.

  • L’accès aux médicaments pose un défi de sécurité : les pandémies, qu’elles soient anciennes ou nouvelles, menacent en effet la survie de sociétés entières dès lors que les traitements préventifs ou curatifs ne sont pas disponibles à des coûts accessibles au plus grand nombre, dès lors que l’accès à des médicaments de qualité n’est pas garanti pour tous. [...] C’est pourquoi la fondation soutiendra des actions visant à permettre l’accès à des médicaments certifiés.
  • Sans une eau accessible et en quantité et qualité suffisantes, il n’y a ni vie ni santé, ni agriculture et nourriture. La crise alimentaire en cours en apporte la triste démonstration dans les États frappés par la sécheresse ou les inondations. C’est pourquoi la fondation soutiendra un plan de renforcement des capacités pour un accès durable à l’eau potable et à l’assainissement en milieu rural.
  • La déforestation et la désertification s’expliquent largement par l’extension des surfaces cultivées nécessaires pour nourrir une population qui continue inexorablement de croître. [...] C’est pourquoi la fondation soutiendra des actions visant à lutter contre la déforestation et la désertification, dans une logique de gestion durable des ressources et de création de revenus pour les populations locales, logique seule à même de concilier des objectifs autrement contradictoires.
Lire la suite

Les espèces en voie de disparition : Le jaguar

7 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife


Nom scientifique : Panthera onca
Taille : 65 à 75 cm de haut et 120 cm et 120 à 180 cm de long
Poids : 70 à 140 kg
Alimentation : mammifères, oiseaux, poissons, petits alligators
Espérance de vie : 11 ans dans la nature et max. 22 ans en captivité.
Répartition géographique : il vit dans les forêts tropicales d'Amérique centrale et du Sud. 

 
Le jaguar est un félin. Il fait partie de la famille du lion, du tigre, de la panthère. C'est le 3e plus grand félin du monde (après le tigre et le lion) et le plus grand du continent américain. Il ressemble au léopard, mais il est plus massif et sa tête est plus large. Les taches sur son pelage (aussi appelées rosettes) sont aussi différentes. Champion de natation, il vit près des rivières et des marais. C'est également un bon grimpeur. Il chasse un peu partout : sur la terre ferme, dans l'eau ou se met à l'affût dans un arbre.

 
Menaces

On ne sait pas précisément combien il reste de jaguars. Tout ce qu'on sait c'est qu'ils sont devenus rares. La plus grande menace qui pèse sur eux est la destruction de leur habitat. Les hommes coupent les forêts pour avoir des terres à cultiver. Les jaguars sont aussi chassés. Dans presque tous les pays où vivent les jaguars, ils sont protégés par la loi. Mais malheureusement, cela n'arrête pas toujours les chasseurs.

Lire la suite

Les espèces en voie de disparition : Le phoque moine de Méditerranée

5 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife



Nom scientifique : monachus monachus
Taille : de 2 à 3 m
Poids : de 200 à 300 kg
Alimentation : le phoque moine est principalement carnivore, ou plutôt piscivore. Poissons, crustacés, sèches, poulpes, langoustes et homards sont au menu de ses repas. Il peut même se nourrir d'algues. Chaque jour, un phoque adulte mange 15 kg de poissons ce qui représente 5% de son poids.
Répartition géographique : Bassin méditerranéen, côte Atlantique Nord-Ouest de l'Afrique (du Maroc à la Mauritanie), à Madère et sur quelques petites îles de la mer Adriatique et Egée.

 
Menaces

Le nombre de phoques moine de Méditerranée a diminué ces dernières années. Ils sont devenus très rares. Ils font partie des 6 espèces de mammifères marins les plus menacés au monde. Il n'en reste environ que 500. Le phoque moine souffre de la dégradation et de la perte de son habitat. La construction des hôtels et des habitations ainsi que le tourisme diminuent le nombre d'endroits où les phoques peuvent s'abriter. La pollution de la mer joue également un rôle : elle rend les phoques malades et ils deviennent plus faibles. À cause de la pêche excessive, les animaux trouvent moins de nourriture. Comme si cela ne suffisait pas, des phoques sont faits prisonnier, par accident, dans les filets des pêcheurs et ils s'y noient. Parfois, les pêcheurs tuent les phoques car ils les accusent de manger trop de poissons.

Lire la suite

Les espèces en voie de disparition : Le tigre de Sumatra

3 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife



Nom scientifique : Panthera tigris sumatrae
Taille : 2,7 à 3,8 mètres pour le mâle dont 1 mètre pour la queue, la femelle est un peu plus petite
Poids : de 150 à 210 kg
Alimentation : le tigre a besoin d'au moins 10 kg de viande par jour. Mais il est capable d'avaler jusqu'à 50 kg de viande en un seul repas. Il se nourrit principalement de porc-épics, de cerfs, de sangliers, de poissons, d'antilopes, d'oiseaux, de buffles,…
Espérance de vie : 15 à 18 ans
Répartition géographique : il vit en Indonésie. L'île de Sumatra est la dernière île d'Indonésie où vivent des tigres.  


Menaces

Il reste moins de 500 tigres à Sumatra. Entre 1998 et 2002, 253 tigres ont été tués, soit 50 tigres par an. Si ça continue comme ça, dans 10 ans, le tigre de Sumatra aura disparu.

Les forêts dans lesquelles vivent les tigres disparaissent sous les scies des bûcherons. La plupart de ces abattages sont illégaux. Ils creusent des « routes » dans les forêts qui permettent aux braconniers de passer. 78% des tigres morts sont tués par des braconniers.


La peau, les griffes et les dents sont vendus comme trophées, souvenirs ou amulettes sur les marchés de Sumatra. Les restes partent dans les autres pays asiatiques pour servir dans la médecine traditionnelle.

Lire la suite

Les espèces en voie de disparition: le loup

1 Juin 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife



Nom scientifique : Canis lupus
Taille : de 50 à 80 cm
Poids : de 18 à 38 kg
Alimentation : carnivore. Au menu : souris, lapins, castors, mais aussi cerfs, chevreuils, rennes et élans. Ils peuvent engloutir plus de 10 kg de viande en une seule journée mais aussi, rester à la diète pendant plusieurs jours.
Espérance de vie : jusqu'à 10 ans en liberté
Répartition géographique : Russie, Canada, Etats-Unis, Europe de l'Est (Roumanie, Pologne…) et de l'Ouest (Espagne, France, Finlande…)


Les loups sont des animaux très sociaux, qui vivent en meute de 8 à 20 individus. Il existe une hiérarchie bien établie entre les loups d'une meute : un seul animal est le chef et tous les autres animaux doivent lui obéir !

Menaces

Pendant des siècles, les loups ont été capturés, tués ou empoisonnés car l'homme a toujours eu peur que les loups ne les attaquent et tuent leur bétail. Le loup est une espèce protégée dans l'Union européenne. Pourtant l'homme continue à tuer ces animaux, souvent par peur : on accuse l'animal de s'attaquer au bétail. Dans d'autres pays, la chasse est toujours autorisée comme en Norvège. Une autre menace qui pèse sur le loup est la réduction de son territoire. Les grands espaces sont réduits et les populations de loups se retrouvent divisées en petits groupes.

Lire la suite

Les espèces en voie de disparition : L'ours polaire

30 Mai 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife


L'ours polaire

Nom scientifique : Ursus maritimus
Taille : jusqu'à 3,50 m
Poids : jusqu'à 600 kg
Espérance de vie : 35 ans
Alimentation : son plat préféré est le phoque
Répartition géographique : au Pôle nord, au bord de l'océan Arctique.


Parmi les huit espèces d'ours vivant à l'heure actuelle, c'est l'ours polaire le plus grand, le plus lourd et le plus puissant. C'est aussi lui qui vit le plus au nord, et qui supporte les températures les plus basses.
L'ours polaire (ou ours blanc) possède une excellente protection contre le froid : son épais pelage ne laisse pas passer l'eau, et l'épaisse couche de graisse qui se trouve sous la peau lui permet de résister à des froideurs extrêmes. C'est également grâce à cette importante couche de graisse que les ours polaires peuvent passer de longues périodes sans manger. C'est ainsi que lorsqu'ils se cachent dans leur tanière pour échapper aux froids les plus intenses de l'hiver, ils peuvent rester des mois sans manger.


Menaces

L'ours polaire est en effet menacé par le réchauffement du climat de la Terre. Nous produisons de plus en plus de gaz qui réchauffent l'atmosphère terrestre (gaz provenant notamment de la combustion du mazout pour le chauffage de nos maisons, ou de l'échappement de nos voitures) : le climat se modifie donc, ce qui a notamment pour effet de faire fondre les glaces des pôles. La pollution joue également des mauvais tours aux ours polaires. Les matières toxiques que nous répandons dans la mer sont consommées par les petits organismes marins : ceux-ci sont à leur tour consommés par les poissons, qui sont eux attrapés par les phoques, ces derniers étant la proie des ours. C'est ainsi que les ours emmagasinent les poisons qui se sont accumulés dans l'organisme des différents animaux qui composent ce que l'on appelle la pyramide alimentaire.


Lire la suite

Les espèces en voie de disparition : le panda

28 Mai 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife



Le panda géant



Nom scientifique : Ailuropoda melanoleuca
Taille : 1,50 m
Poids : 160 kg
Alimentation : feuilles, fruits, pousses de bambou, jusqu'à 30 kg/jour ; petits rongeurs
Espérance de vie : 20 ans
Répartition géographique : Il ne vit que dans le centre de la Chine, des régions montagneuses recouvertes de forêts d'altitude, comme le Sichuan et le Tibet, entre 1800 et 3400 mètres.



Le panda géant a six doigts ! Ses cinq doigts "normaux" sont alignés les uns à côté des autres, et le sixième, qui est en fait un os du poignet très allongé, occupe la même place que notre pouce. Sans ce sixième doigt, ce serait très difficile pour lui de cueillir les tiges de bambou.
 
Menaces

Environ 1.600 pandas vivent encore en pleine nature. Leur habitat se réduit sans cesse, car de plus en plus d'hommes abattent les forêts pour avoir du bois et pour y faire de l'agriculture, et il reste donc de moins en moins de bambous. De plus, les pandas géants sont parfois tués pour leur magnifique pelage ou bien meurent dans des pièges qui ont été placés pour attraper d'autres animaux.


Le bambou lui-même représente un problème pour la survie des pandas géants. Une fois que le bambou fleurit - tous les 10 à 100 ans - il meurt, et il faut bien compter dix ans avant que de nouvelles pousses aient une taille suffisante pour servir de nourriture. Parfois, des forêts entières de bambous disparaissent ainsi et le panda n'a plus de quoi se nourrir.
(source)

Lire la suite

La Terre vue du Ciel

15 Mai 2008 , Rédigé par Istvan Publié dans #Nature Wildlife


Cette vidéo présente des photos prises par Yann Arthus Bertrand lors de ses différents voyages à travers la planète.

La Terre vue du ciel est un film documentaire, de Renaud Delourme, présentant la planète au travers d'images tant magnifiques qu'alarmantes sur l'avenir.

Le film est tiré des photos de Yann Arthus-Bertrand issues de son livre "La terre vue du ciel". Avec comme prétexte les histoires qu'un homme raconte à un enfant avant qu'il ne s'endorme, Renaud Delourme met en exergue le paradoxe entre la nature et l'humanité, et comment l'homme bouleverse cet équilibre : avancée du désert sur les villes, agriculture et élevage intensifs, entrainant pollution et déforestation...


Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>